Thématique de l’entretien

« Rénovation et mise aux normes des flux dans l’habitat médiéval ». Bricolage, normes, confort.

Plan de situation géographique de la maison de M. Christian N.
Plan de situation géographique de la maison de M. Christian N., 2017. Crédit : Duffau Associés.

Le but, avant tout, était de garder les éléments d’époque pour les restaurer et les remettre en situation pour garder le cachet de la bâtisse.

Christian N.

Ancien médecin généraliste, Christian N. est né et a fait ses études à Toulouse ; il a déménagé à Caylus en 1975, suite à une demande de personnel de santé dans le canton. Actuellement il est à la retraite, mais continue à travailler au sein de la maison de retraite Saint-Orens à Montauban, ainsi qu’à la régulation du SAMU de Caylus et Montauban.

Vue extérieure de la façade, place de la Mairie, janvier 2017.
Vue extérieure de la façade, place de la Mairie, janvier 2017. Crédit photographique : Beverley Lassagne.

Sa bâtisse, datant du début du XIXe siècle, se trouve sur la place centrale du village. Auparavant habitée par un épicier, il l’a achetée lors de son déménagement. Non habitable au moment de l’achat, les travaux ont été effectués par Christian N. et son frère (maçon) ; il a aussi fait appel à des artisans locaux pour la plomberie, l’électricité, le carrelage. Les travaux d’aménagement ont été fait progressivement : dans un premier temps, le cabinet médical localisé au rez-de-chaussée ; puis petit à petit les étages supérieurs. Le but, avant tout, était de garder les éléments d’époque pour les restaurer et les remettre en situation afin de garder le cachet de la bâtisse. On note par exemple comme élément d’époque les tomettes, les pierres apparentes, ainsi que les poutres. Le premier étage, qui sert de salle de vie avec le séjour, a été décloisonné pour augmenter la superficie de la pièce afin de l’aérer, mais aussi de façon à faciliter les passages des nouvelles canalisations. Les murs des chambres, qui se situent dans les étages supérieurs, sont recouverts de tapisseries tissées pour des raisons thermiques. Le cabinet médical, où exerçait le docteur Christian N., n’est plus actif aujourd’hui, mais sert toutefois l’été à l’ouverture de boutiques éphémères tenues par des artisans pour garder l’animation culturelle du village.

Vue de la salle à manger chez Christian N.
Vue de la salle à manger chez Christian N., janvier 2017. Crédit photographique : Charlotte Frison.

Ce retraité actif chauffe sa bâtisse à l’aide d’une cheminée d’origine dans le salon. La répartition de la chaleur se fait en deux temps. D’une part par l’énergie thermique directe du feu dans le salon et d’autre part à l’aide d’un moteur électrique dissimulé sous le foyer qui diffuse l’air chaud dans d’autres pièces. Ce chauffage est agrémenté d’un insert installé dans la salle à manger qui réchauffe la pièce et la pièce du dessus. En complément, le propriétaire a installé des radiateurs électriques régulés par un thermostat centralisant leur activité et le contrôle de la température. Aujourd’hui, Christian N. envisage la possibilité de poser des panneaux photovoltaïques sur ses toitures. La place de la Mairie fait partie des monuments classés de Caylus, les maisons donnant sur celle-ci peuvent se voir refuser ce type d’aménagement.

Schéma de la répartition de la chaleur au premier étage et deuxième étage par l’insert placé dans la salle à manger chez Christian N.
Schéma de la répartition de la chaleur au premier étage et deuxième étage par l’insert placé dans la salle à manger chez Christian N. Crédit : Yaru Gao.

Date : 03/01/2017
Entretien effectué par : Kareen Hookerlosada, Beverley Lassagne, Yaru Gao et Charlotte Frison. (isdaT, design)