Le projet a délibérément délaissé les standards européens et les principes d’architecture intérieure conventionnels qui privilégient le contenant au dépens du contenu et qui induisent une délimitation des espaces ainsi qu’une prédéfinition des usages. Comme son nom l’indique, HOM(m)E consacre l’individu et le positionne au centre à partir duquel la conception globale de l’habitation s’articule. Il s’agit ici de proposer une « autre culture » de la domesticité, telle que la décrivait Reyner Banham dans The Architecture of the Well-Tempered Environment et qui repose sur une requalification des services et tout particulièrement du réseau d’arrivée d’eau, de gaz et d’électricité. Ces conduits, habituellement dissimulés, agissent comme une colonne vertébrale. Ils structurent l’appartement en configurant dans une logique minimum la circulation et la fonction allouées à chaque pièce. Comme son nom l’indique, HOM(m) E consacre l’individu et le positionne au centre à partir duquel la conception globale de l’habitation s’articule. Il s’agit ici de proposer une « autre culture » de la domesticité, telle que la décrivait Reyner Banham dans The Architecture of the Well Tempered Environment et qui repose sur une requalification des services et tout particulièrement du réseau d’arrivée d’eau, de gaz et d’électricité.