Le système d’évacuation inscrit dans le mur des maisons médiévale peut-il devenir un commun ?

« Dans la langue française le terme (Commun) apparaît en 1160 avec le sens ‘d’ordinaire’, dont la valeur péjorative est soulignée par sa proximité avec le substantif le ‘vulgaire’, qui se forme à la même époque pour désigner le peuple. » (1)

Quel impact sur l’organisation des plans et des systèmes d’occupation intérieurs des maisons cela apportait-t-il ?

«Cela est encore manifeste jusque dans la manière dont sont désignées les parties de la maison bourgeoise qui doivent rester dans l’ombre parce qu’elles sont les lieux de la domesticité». (2)

Plan de l'Hôtel de Mme d'Espinchal (Paris, rue des Petites-Écuries, détruit) par Claude Nicolas Ledoux.
Plan de l’Hôtel de Mme d’Espinchal (Paris, rue des Petites-Écuries, détruit) par Claude Nicolas Ledoux.

Sur le plan de l’hôtel d’Espinchal par Claude Nicolas Ledoux, ci-dessus, on remarque sur la gauche l’enfilade salon (publique), seconde antichambre (semi-publique) et antichambre (plus privée). Les appartements privés déroulent l’enfilade classique : chambre à coucher (où l’on peut recevoir ses intimes) avec la garde-robe adjacente, le cabinet (réservé au calme et au travail) et le boudoir (totalement privé – notons la proximité avec les lieux à l’anglaise). L’escalier, souvent morceau de bravoure architectural et pièce centrale sinon principale des palais, est ici relégué au rôle utilitaire de jonction avec l’étage supérieur privé et n’est accessible depuis les pièces de réception que par un passage discret presque dérobé.

Avec l’élévation du niveau de vie consécutif à la révolution industrielle, ce modèle nobiliaire séparant vie publique (réception) et privée (habitation) va être copié par la bourgeoisie puis la petite bourgeoisie pour devenir un standard.

Évacuation côté rue de l'époque du moyen-âge, Caylus - 2017.
Évacuation côté rue de l’époque du moyen-âge, Caylus – 2017. Crédit photographique : Théo Lacroix.
Ancienne latrine, maison Frauciel, rue Droite, janvier 2017.
Ancienne latrine, maison Frauciel, rue Droite, janvier 2017 – Crédit photographique : Théo Lacroix.
Ancien évier, maison Frauciel, rue Droite, janvier 2017
Ancien évier, maison Frauciel, rue Droite, janvier 2017 – Crédit photographique : Théo Lacroix.
Ancienne cheminée, maison Frauciel, rue Droite, janvier 2017.
Ancienne cheminée, maison Frauciel, rue Droite, janvier 2017. Crédit photographique : Théo Lacroix.
Vue d’une venelle de Caylus, janvier 2017.
Vue d’une venelle de Caylus, janvier 2017. Crédit photographique : Théo Lacroix.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est question ici de délibérément délaisser les standards européens et les principes d’architecture intérieure conventionnels qui privilégient le contenant au dépend du contenu et qui induisent une délimitation des espaces ainsi qu’une pré-définition des usages. Le projet consacre l’individu et le positionne au centre à partir duquel la conception globale de l’habitation s’articule. Il s’agit ici de proposer une « autre culture » de la domesticité, telle que la décrivait Reyner Banham dans The Architecture of the Well-Tempered Environment et qui repose sur une requalification des services et tout particulièrement du réseau d’arrivée d’eau, de gaz et d’électricité. Ces conduits, habituellement dissimulés, agissent comme une colonne vertébrale. Ils structurent l’appartement en configurant dans une logique minimum la circulation et la fonction allouée à chaque pièce.

Principe actuel de l'organisation des flux et réseaux dans l'habitat.
Principe actuel de l’organisation des flux et réseaux dans l’habitat.

Le scénario que nous voulons développer donne la possibilité aux habitants de métamorphoser à loisir la configuration de leur espace privé, non seulement en fonction de leurs besoins mais aussi selon leurs désirs. Ils deviennent ainsi les véritables inventeurs de leur domesticité et par conséquent de leur vie. Concrètement, la mise en œuvre de l’espace s’appuie sur la flexibilité et la maniabilité des éléments qui se « pluggent » sur le mur service. Ce procédé pourrait être comparé à celui des jeux de construction comme le Meccano. Comme ils résultent d’une production industrialisée et numérique, tout en favorisant la flexibilité et la modularité, ils peuvent être assemblés à la carte en fonction des usages domestiques. Ce faisant, le scénario dépasse les hypothèses d’habitations modulaires émises à la fin des années 60 pour déterminer un nouveau principe élémentaire. Ce dernier n’érige ni son mode d’emploi restrictif, ni la spatialisation définitive des fonctions, mais soumet l’habitation aux évolutions à venir et prend en considération autant les variables tels que les changements majeurs de la vie, offrant un scénario différent avec lequel l’espace se transforme en un lieu indéterminé, mouvant, inconstant et surtout humain.

Quel impact sur la nature et sur le paysage  ce système apportait-t-il ?

Nous partirons de l’inspiration d’un système japonais où la trame verte est partie constituante du paysage.

Il s’agit d’un système d’eau propre potable et utilisé en alimentation et de filtration des eaux doucement usées (à savoir : eau de vaisselle et de nettoyage des aliments, … et du visage) : le Kabata domestique, et d’un tsubo-ike, qui sont les premiers bassins d’eau pour le nettoyage des légumes adjoint à un bassin hata-ike où vivent des carpes nettoyeuses, filtreuses. La présence d’algues Plum Blossom, algues vertes aux fleurs blanches comme celles d’un prunier ou d’un abricotier sert d’indicateur de la qualité de l’eau, ainsi que les roseaux pour filtrer l’azote et les nitrates. Source ici.

Kabata domestique, Japon, Village Harié.
Kabata domestique, Japon, Village Harié.
Bassin d'eau tsubo-ike et bassin hata-ike.
Puis un tsubo-ike (premier bassin d’eau pour le nettoyage des légumes) et un hata-ike adjoint, bassin où vivent des carpes nettoyeuses, filtreuses.

 

 

(1) IN Pierre DARDOT, Christian LAVAL, Commun, Essai sur la révolution au XIX Siècle, Édition la Découverte Poche, Mars 2017, p.41, CITER dans Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d’Alain Rey, Le Robert, Paris, 1992, p.455

(2) Pierre DARDOT, Christian LAVAL, Commun, Essai sur la révolution au XIX Siècle, Édition la Découverte Poche, Mars 2017, p.41