Thématique de l’observation

Le village de Caylus se compose de bâtisses et autres constructions qui ont vu le jour il y a maintenant plusieurs siècles, nombre d’entre elles ayant émergé à l’époque du Moyen-Âge. Ces constructions ne sont pas seulement le témoignage d’un lointain passé, elles sont encore habitées et animées de la vie des Caylusiens. Depuis la date de leur conception, les conditions de vie ont changé : les conditions d’hygiène, mais aussi les moyens de se chauffer, de s’approvisionner en eau, etc.
Pour que les constructions d’hier puissent accueillir les modes de vie d’aujourd’hui, les hommes ont successivement transformé leurs demeures. Or, chaque étape de transformation d’un héritage ainsi reçu soulève son lot de questions.
Quelles sont les parties que nous pouvons garder en l’état, renforcer, quelles sont celles que nous ne pouvons pas ne pas modifier ? Comment les constructions d’autrefois peuvent-elles supporter les installations d’aujourd’hui ?
Lors de ces chantiers, des décisions sont parfois prises à la hâte, les opérations menées pour adapter la maison à l’air du temps se traduisent par des ajouts inesthétiques, obéissant ainsi au seul souci de fonctionnalité, pour faire notamment circuler les nombreux flux qui transitent désormais dans nos habitations modernisées (système de canalisation des eaux, réseaux de chauffage, de câblages électriques, de télécommunication, etc.). Sans chercher à comprendre les structures internes, on perce des points d’entrée, on ajoute des gaines qui au fil du temps dénaturent l’aspect des maisons.
Il y a là un enjeu pour une démarche de designer qui s’efforcerait le plus possible de faire avec l’existant. Ajouter un système de conduits pour faire circuler de l’air implique-t-il nécessairement de venir condamner irréversiblement un système plus archaïque, mais non dénué de qualités ? Pourrait-on trouver des manières de faire cohabiter un système de chauffage moderne avec la cheminée ?

Crédit photographique  : Pablo Figueroa (isdaT) Caylus, janvier 2017 

 

Laisser un commentaire